<< randaventure   |     |  

4b.  Défense du littoral

5 euros

ign top 25
22 15 OT
Rambouillet
repères carte AB 10 11 12

Il y a des occasions où la comparaison des cartes d'âges différents réchauffe le coeur. C'est ici le cas : le « régime forestier » a triomphé. Ouf! On est sauvé du pavillonnage et des chasses privées. Vive le République et ses Eaux et Forêts, dont certains ont dit pis que pendre, mais que nous voyons, nous, à l'oeuvre sur des questions autrement cruciales que trois coupes de bois sacré et une replantation de rentabilité.
Donc, ici on pourra jouer encore. Evidemment, c'est pas bien large. Pour ne pas trop vous laisser aller sur les chemins commodes que le Service public vous a aménagés ipso facto, adoptez cette règle de jeu toute simple : toujours au plus près de la Gironde-Mérantaise, rive gauche.

La fiche est finie.

On est parti de Trappes (voir fiche 4). A Châteaufort, après la station de pompage, on rejoint, SO, par Gomberville, la lisière de Champfailly, puis St Rémy.

Quelques suggestions ou remarques de détail quand même pour entretenir la conversation :
Vous pensez bien, comme toujours, que vous n'êtes pas les premiers « aventuriers ». Lorsque vous ne trouvez pas la moindre sente près du ruisseau, c'est pas bon signe. Mais à défaut, la piste cavalière (et vététiste) vous sauvera la mise (vous remarquez sur la carte que votre randonnée se déroule grosso modo entre deux « poney clubs » ; ces commerces aiment aussi l'espace public ; ce sont des alliés objectifs).
Sous Champfleury, votre opiniâtreté à suivre le bord de l'eau tant que c'est possible vous octroie une belle récompense. Vous voilà soudain au Québec auprès d'un étang où de nombreux arbres morts sont l'évident indice d'un barrage de castors. En tout cas, canard, hérons et autres oiseaux pépiant, piaillant, jacassant, roucoulant, rossignolant sont là, puisque n'êtes pas arrivé vous-même accompagné d'un troupeau bêlant.
légère collation contemplative.
Au bout des eaux paisibles, il vaut mieux certainement remonter. En regardant attentivement les courbes de niveau, vous comprenez pourquoi les chemins retrouvés s'orientent d'abord au NO.
De l'autre côté de la route, les étangs indiqués sur la carte sont prisonniers d'une vaste propriété qu'il faut contourner au nord avant de retrouver votre cher ruisseau. Vous le suivez de nouveau jusqu'à la Maison forestière sans encombre, mais non sans être tentés de temps en temps par des chemins qui filent ensuite vers Magny le Château. La règle « rive gauche » s'applique toujours (mais ces détours pourront vous plaire un autre jour ; de même, un détour en haut à la Croix du Bois pour le paysage).
A partir de la maison forestière, la règle est toujours jouable. Mais le chemin vous conduit à un pont, d'ailleurs très pittoresque. Que faire ? Or, il y a vraiment un chemin au-dessus. C'est lui qu'il fallait prendre. Il passe par des rochers, l'ambiance et la vue sont différentes, ç'aurait été dommage de s'en priver. Et ainsi, vous êtes restés rive gauche.
Au Bois des roches, le large chemin qui vous redescend vous oblige cette fois inexorablement à rompre votre promesse. Toutefois, le petit sentier rive droite est ravissant quoique un peu mystérieux. Il vous ramène très vite à un pont de conte de fées sur lequel vous prenez pied par quelques marches pour rétablir votre promesse. Vous revoilà rive gauche, et vous terminez paisiblement l'aventure jusqu'à la route.
C'est par la Côte de la Goutte d'or, qu'on monte vers Gomberville. Et il vaut mieux, pour croire à la suite, disposer de la dernière édition ign. Faites confiance à ces ultimes conseils : premier rondpoint à gauche sur la D195 ; croyez à l'indication Gomberville ; en suivant tranquillement la rue, on trouve le « chemin de Rhodon » qui est encore à la campagne jusqu'à la lisière de Champfailly.