<< randaventure   |     |  

27.   Tu peux le faire

9,5 euros

IGN top 25
22 15 OT
Rambouillet
repères carte 6 7 8 9 B C

Gare d'arrivée : Les Essarts-le-Roi. Retour : Le Perray. Pour se programmer le plus possible de bonheurs variés. On a d'abord un peu de marche en ville mais, grâce au bois de la Mare de l'Eglise, l'épreuve est supportable. Et pourvu que ça dure ! au train où va l'urbanisation horizontale (il n'est qu'à comparer l'ign de 78 et celle d'aujourd'hui.)
Ensuite, on vous promet rien que du plaisir. Surtout quand vous suivrez le GR1C-PN, un pur chef-d'oeuvre. Bien sûr vous vous offrirez les autres joies possibles. Les chemins ne manquent pas. Mais le relief est contraignant ; entre le tout droit horizontal et le sinueux hasardeux, la raison oscille.

A la Mare de l'Eglise, c'est tout droit, et ensuite tout droit en bordure du champ après avoir traversé la piste cyclable, et ensuite tout droit jusqu'au chemin perpendiculaire, qu'on suit à gauche jusqu'à rejoindre le GR. ... Et là nous vous laissons juge d'un chemin ou d'un autre jusqu'au site touristique.
Un bon endroit de piquenique est l'endroit indiqué du symbole "rochers d'escalade". On a vue sur l'abbaye, présentement hostellerie de luxe, et qui occupe tout le fond de la vallée : l'imagination fonctionnera mieux sur une hauteur.
De là, il y a 5km aller-retour pour « les cascades et rochers des vaux de Cernay ». ( Et tant qu'à y être allé à pied, il faut profiter de tout : à partir de « l'ancienne carrière » au carrefour de Cambude, un circuit de découverte sur les plantes, les animaux, la géologie et l'histoire des carriers vous est proposé ; c'est un passionnant documentaire à ciel ouvert qui vaut bien une télé.)
Nous vous laissons avec ces dilemmes. Nous passons directement au retour sur le Perray. Rendez-vous, avec vous, l'autre versant, au Carrefour du Chêne aux Loups. Nous y sommes arrivés, nous, en ayant longé le mur de la propriété de l'abbaye (et entrevu l'étang) ; nous avons traversé aux Vallées et sommes montés là-haut. Notre intention est de voir de près la faisanderie, vaste élevage qui démystifie la chasse au gibier stupide qui traine partout à l'automne, échappé des bois privés qui réduisent d'année en année comme peau de chagrin notre terrain de jeu (et celui des chasseurs communaux du reste).
Voilà, nous avons bien ricané, ça va mieux, redescendons sur Auffargis. On rejoint le merveilleux GR1C-PN ...et on oublie sa fatigue : on ne pouvait pas l'imaginer, au vu de la carte, aussi ravissant jusqu'à la voie ferrée.