<< randaventure   |     |  

26. Domaine et extensions

6,50 euros

IGN top 25
23 16 ET
Milly, Malesherbes, La Ferté
23 16
Etampes, Dourdan
repères carte B 1 et AB 11 12

La forêt régionale de Cheptainville a achevé son aménagement varié et intelligent. Elle n'a malheureusement que 2 km2 . Au-delà, cependant, l'espace de liberté est ouvert ; avec ses interdits, mais amenuisés par des propositions randonneuses, pédestres ou vététistes, de bon aloi et de bon pronostic. La ferme du Bois Blanc, longtemps un capharnaüm, et dont les interdits justement faisaient frémir, se rénove en gite rural clair et cossu. Nous en étions déjà convaincus : l'Essonne est un haut lieu touristique. Pourquoi, quand on a la chance de vivre si près, aller pourrir la couche d'ozone par des voyages lointains ?

Depuis la gare de Bouray, peu de marche en ville, mais une redoutable traversée de la D449.
Ouf ! vous voilà dans la forêt. Le chemin vous conduit à la tour d'angle de la redoutable fortification qui protège un circuit d'essais de voitures. On vire au nord. On trouvera un chemin dans la partie nord du bois qui conduit jusqu'à l'angle droit de la route joignant Cheptainville à Lardy. (Là se trouve le départ du balisage bleu de découverte de la forêt que vous avez rencontré.) Vous pouvez continuer dans la même direction nord-ouest, jusqu'à ce que le doute civique, ou le sens de la commodité vous incite à un détour. Le but c'est le carrefour de la Croix Boissée. Des virtuoses du vtt y ont aménagé de leurs mains un incroyable terrain de jeu. Si vous passez là le week-end, vous assisterez à un spectacle époustouflant (et gratuit). Pour continuer votre randonnée, vous prenez le chemin qui monte vers la ferme du Bois Blanc, puis à droite un chemin d'exploitation (dont on voit bien qu'il a servi) qui conduit au Bois des Roches. La carte dit ce qu'elle dit pour la direction de la Butte à Mesnard et le Passes Vertes. Ce bon Mesnard est sans doute depuis longtemps en retraite, toutefois, les sentiers indiqués sur la carte, très verdoyants, traduisent sans doute des interdits relativement récents dont on peut craindre qu'ils se réveillent ; vous voyez dans ce cas ce qu'il vous reste à faire.
On remonte vers le sud. A 120, le chemin sous le Bois du Poltron est vététiste. Le bois lui-même ne manifeste aucune agressivité ; et ce n'est pas par pusillanimité, malgré le nom, puisque un bout de planche et deux clous suffisent toujours à vous intimider. La réalité du bois peut suffire par contre, peut-être, à le faire. Mais c'est là qu'il faut piqueniquer puisqu'on est au bout de la trajectoire.
Il faut revenir, sans remettre ses pieds sur ses pas. Par le haut de Torfou et le Maillezain, que proposer d'autre qui soit raisonnable ? Ensuite on a le chemin qui, au sud de la ferme-gite, nous ramène à notre chère forêt régionale.
Vous rentrerez par Lardy, car en aucun cas il ne faut négliger le paysage de la carrière de Butte Brisset. Ce n'est pas un trou stupide, c'est magnifique. (On gagne à le découvrir en venant du nord-est, c'est à dire de la plaine de jeu, qui ne répond pas à nos critères d'aventure mais est aussi une belle réalisation). On sort de l'aventure. Aux ponts, sous lesquels passe la D99, on grimpe sur la petite route qui longe la voie de chemin de fer et qui conduit à la gare.