<< randaventure   |     |  

21.    la boucle coincée !

6,5 euros

ign top 25
22 16 ET
Etampes Dourdan
repères A 7-8

On croit qu'on va pouvoir, sans la moindre délinquance, faire tranquillement le tour des Grands bois du marais, au nord ouest de St Chéron, mais c'est impossible.
Il n'y a pas d'autre solution que de faire le tour par le nord du château du Marais, parce que la D132, c'est trop triste.

Or donc, à la garenne d'Aumont on entre dans les bois par le GR11. Au premier chemin à droite, on le quitte évidemment vers d'anciennes coupes (117) ; c'est une zone plus claire et aérée. Chemin en travers (117 aussi). A gauche, après un certain temps, premier avis d'interdiction, on peut croire que c'est pour l'intérieur du bois, mais le second avis est sans aucune ambiguïté. C'est dommage parce qu'on arriverait ainsi, en continuant très agréablement, à la route et au bois des Sueurs en 157. Mais bon, à droite et dans la légalité, on évoluera dans le terrain de jeu du club hippique. Les cavaliers, comme les chasseurs de la France communale profonde et populaire, sont les meilleurs alliés des randonneurs, ils ont besoin aussi de biens publics. On contourne élégamment la Pâture au Pape par les pentes supérieures du bois, les ayant pénétrées sans entrave par la clairière étroite indiquée sur la carte qui a été aménagée pour des ébats équestres. On traverse la route et, quasiment de plain pied, par la trouée des lignes HT, on gagne le Bois des Sueurs. Un chemin fait tout le tour du bois. Il vous ramènerait sans souci à la ferme du même nom. Mais on se priverait ainsi d'un paysage zen. Il faut absolument, au plus à l'ouest, descendre à l'orée des champs pour l'admirer. Contemplation. Et piquenique.
L'écoulement intermittent du Patrouillot, vers la Vallée Godefroy, permet souvent, sans abimer si peu que ce soit les cultures, de rejoindre le bon chemin qui mène à la ferme accueillante, et fleurie pour elle-même ce qui est un signe évident de civilisation. Vous pourrez y commander, pour Noël, un des 200 canards qu'elle élève incontestablement à l'air libre autour de sa mare. Avant de rentrer à St Chéron, on peut s'offrir un dernier plaisir. Peu après avoir retrouvé le GR, on le quitte par le chemin qui descend vers Sermaise (via 118). Vous voilà sous la Butte de Ville Pierreuse, vous l'avez fait exprès, il faut donc escalader le Bois Martin, rejoindre le chemin sous la Pente des vignes. Juste avant la première maison, une trace permet de retrouver l'oratoire dédié aux voyageurs. C'est la moindre des politesses d'y passer. C'est là que devrait commencer et finir la boucle (après divers cheminements recommandés à l'aller comme au retour, dans les ruelles pittoresques de St Chéron.)
Ce qui sera judicieux plutôt, c'est d'agrémenter le long détour du château du Marais. De la gare, on prend alors le sentier jaune par la première ruelle ; on continue plein nord via le village néo-rural de Petit Blaville, puis le long d'un autre domaine seigneurial hégémonique vers l'est, tout droit vers l'étang de la prairie de Blaville (et profitez-en, ça sent le lotissement). Là vous serez content de trouver le Gr pour traverser les ruisseaux. L'autre bord de la D27, on peut encore bricoler un peu, et même le bout de route entre 66 et un autre club hippique est évitable grâce justement au passage des chevaux ; enfin, le dernier morceau de bitume à automobiles peut se faire pardonner car il offre une vue esthétique sur le château du Marais et son plan d'eau.
C'est quoi cette fiche de bric et de broc ? Exactement ce qui se passe quand on cherche hors des sentiers battus. Ce à quoi nous vous convions pour dégoter d'autres aventures-qu'on-peut ; et en faire profiter les copains.