<< randaventure   |     |  

16 .      à l’assaut du bois de Verrières

0 euro

ign top 25
23 15 OT
Palaiseau Arpajon
repères carte A 5-6-7

Trois itinéraires de conquête, à partir d’une gare différente :
- gare du Parc de Sceaux (rer B)
- gare de Massy Verrières (rer C)
- gare de Bièvres (rer C Versailles-chantiers)
But : cote 168, à l’extrémité est. Magnifique panorama sur la banlieue E .
Le bois de Verrières lui-même est sans problème topographique, puisque c’est un plateau limité au nord par une autoroute. On peut sortir du jeu quand on veut, on ne risque pas de bivouaquer à Antony. Un excellent autobus, du reste, en bas de la Butte Rouge, ramène à la Croix de Berny.

1- de Massy Verrières
Un balisage jaune part de la gare. Il conduit, à 50m, à la levée de terre qui marque le passage du TGV, et qu’on suit sur la droite. Puis on ira longer, davantage vers l’E, un grand étang pour lequel on vous promet un " observatoire à oiseaux " : l’observatoire est fermé, mais on voit quand même les oiseaux.
Et ainsi, de parc en parc (" Verrières, Antony, Sceaux, c’est notre ghetto "), jusqu’à un ravissant étang carré avec une petite ile au milieu. Là, angle droit à gauche, vers le poney-club (attention, le balisage jaune se dédouble, une branche conduit à la gare d’Antony).
La promenade se poursuit le long du ruisseau des Godets, bien canalisé à droite de la " zone industrielle ". Le monument Mole ne doit pas échapper à votre vigilance philosophique et linguistique : vanité des vanités de l’homme et de l’orthographe ! Cependant, au moment présent, parcs et jardins ne font que croitre et embellir pour votre joie de vivre.
Après avoir traversé le tracé du TGV, on rencontre le GR, en laissant à gauche une haute butte (mais on peut également l’escalader et redescendre de l’autre côté). On suit toujours le tracé des Godets. Jusqu’au rond-point caractéristique sur la carte. En tournant autour, on retrouvera les marques du GR : Chemin de la Sablonnière, puis des Hauts graviers. On est dans les bois. On grimpe, on traverse une allée bitumée, puis pleine pente, là où on peut passer, vers le sommet (le point coté 168 où, jadis, se dressait un kiosque).

2- de Parc de Sceaux
On va au parc. On rejoint le GR 11 et on le suit.
On le suit au delà du parc jusqu’après l’Ecole centrale. Là, au choix :
- Le nouveau tracé, qui profite d’une retombée intelligente du progrès technique : la coulée verte du TGV. Jusqu’au ruisseau des Godets.
- Le PR
Au carrefour Salvador Allende, ne pas louper la rue de l’égalité (direction " cimetière nouveau ", ça ne s’invente pas). On peut faire une petite visite de la cité de la Butte Rouge (c’est son nom), telle qu’ils l’avaient rêvée ; on trouvera même, au pied des immeubles, des " jardins ouvriers ". Il s’agit toutefois de passer sous l’autoroute : à l’angle du cimetière, par le chemin de la bordure du bois, puis celui de la Sablonnière (qui peuvent réserver par contre une triste surprise.)
On passe sous l’A86 et on se trouve sur l’allée forestière bitumée déjà citée.

3- de Bièvre
On pourrait démarrer d’Igny, mais on se priverait d’un chemin le long de la Bièvre très agréable (balisage jaune). De la gare de Bièvre, il faut d’abord nécessairement passer sous la nationale 118. Après, c’est vraiment sans problème d’itinéraire, il n’y a pas d’autre fil à suivre. A la hauteur de la gare d’Igny, " prairie d’Amblainvillier ", on rencontre le GR, et on monte vers le bois. On vient de passer le " pont Monseigneur ", c’est l’indication utile quand on arrive du bois, dans l’autre sens.

L’après-midi,
Une petite boucle sympathique consiste à prendre le PR dans la bande de bois subsistant le long de la Butte Rouge, et repasser au Bois de Verrières par le pont pour revenir à 168 (ou l’inverse).