<< randaventure   |  

Une seule solution ...

... a partir du moment où l’on raisonne en fonction des droits de la masse et non de ceux d’une minorité privilégiée [...] l’on ne voit plus de solution dans la propriété individuelle des sites de loisirs mais seulement dans un droit temporaire d’occupation.
....

Devant cette contradiction fondamentale : désir grandissant d’un nombre de gens sans cesse accru d’un espace de plus en plus rare, on est donc contraint de chercher des solutions collectives et les mesures immédiates qui en conditionnent la réalisation. 

De l’air ... pour vivre !    p 12    "

Premier ministre . Haut comité des sport. 1964

Premiers travaux de la commission " loisirs de plein air " présidée par P E Victor